Les bonnes pratiques pour réaliser une newsletter

Ecrire une newsletter efficace est un exercice de précision. Il est très tentant d’habiller votre newsletter avec des images attrayantes et de la saturer d’informations comme on pourrait le faire sur une affiche publicitaire.

Mais ce serait une erreur !  Vos abonnés reçoivent en moyenne plusieurs dizaines de mails par jour. N’oubliez pas que votre newsletter est en compétition avec d’autres mails, professionnels, privés, mailing de prospections, spam, newsletters. Pour ne pas être envoyé à la corbeille, respectez  les bonnes pratiques de la newsletter.


Soyez bref

Votre newsletter ne doit pas contenir le texte entier d’un article, sauf si ce dernier est très court. Ajouter des titres à vos paragraphes puis un lien qui mènera vers votre site où est publié votre texte intégral.
Le but de votre newsletter est d’attirer l’attention de vos abonnés le plus rapidement possible avec des informations faciles à « digérer ».



Utilisez un minimum d’éléments graphiques

Le focus doit être apporté sur un contenu utile et informatif. Votre abonné se passera de vos angles arrondis et de vos effets photoshop. Quelques images pour convaincre votre abonné seront les bienvenues, mais à condition qu’elles complètent votre message.
Pour information, les newsletters basées principalement sur des images graphiques sont souvent bloquées par les filtres anti-spam. De plus, la plupart des messageries désactivent les images par défaut. S’il n’y a pas de texte, votre newsletter est simplement vide !



Soyez cohérent

Il faudra décider du nombre d’articles et d’un format standard pour la rédaction. Maintenez ensuite le même format sans changement, en utilisant les mêmes couleurs et le même emplacement pour chacun des éléments de votre newsletter.

Avec ce format standard, vous construisez “l’identité de votre marque”  auprès des abonnés. Ils vous reconnaîtront plus rapidement, ils trouveront plus facilement la ou les rubriques qui les intéressent. Le jour où vous déciderez de « faire peau neuve » pour marquer un changement éditorial par exemple, vous pourrez en faire un évènement.



Créez un contenu clair

Idéalement, il faudrait avoir entre 3 à 5 articles dans votre newsletter. Le fait d’en avoir plus alourdit votre newsletter et invite votre abonné à fermer la page. Priorisez les articles que vous souhaitez mettre en avant. Utilisez des listes à puces et marquez en gras les mots ou les bouts de phrases importants.

Aidez vos lecteurs à faire une lecture diagonale, pour qu’ils puissent rapidement comprendre le sujet et décider de leur intérêt à lire l’article complet. À ce propos, lisez notre article sur le contenu de la newsletter.



Créez du contenu personnalisé

Pour améliorer votre taux d’ouverture, ajoutez des informations personnalisés comme le nom et le prénom de votre destinataire par exemple, ou rappelez-lui le dernier article sur lequel il a cliqué …



Utilisez correctement vos liens

Évitez les « cliquez ici » comme libellé pour vos liens. Utilisez plutôt des liens qui ont un lien avec l’action attendue :  par exemple « téléchargez le premier épisode »,  «désinscription» ou “en lire plus” pour afficher l’article complet sur votre site web ou votre blog.



Testez

Envoyer des tests sur une multitude de clients de messagerie tels que Outlook, Yahoo, Gmail et Hotmail. Vous pouvez éviter quelques erreurs embarrassantes en consultant votre newsletter sur différentes plateformes.


Veillez à la délivrabilité de vos mails

Les filtres antispam dont sont équipés la plupart des webmails et logiciels constituent le barrage le plus important. Avant d’envoyer votre newsletter, examinez son contenu : si vous parlez d’argent, d’opportunité à saisir, d’urgence à traiter ou, bien sûr, de sexe ou de drogue, il y a de forte chance que votre mail soit écarté comme spam. De simples erreur de codage, un html non conforme copié de de Word, une répétition de certains mots, une phrase en majuscule, de nombreux points d’exclamation, …, peuvent aussi rendre votre newsletter suspecte et la faire rejeter.

Avant de l’envoyer, faites valider votre lettre d’informations. Si vous utilisez un service de routage payant, vous disposez d’un outil d’inspection comme celui de MailChimp, le service d’envoi de newsletters que nous vous recommandons si lisez l’anglais. Vous trouverez des outils gratuits sur internet, par exemple http://www.contactology.com/check_mqs.php


Comment réussir ses emailings par ConseilsMarketing